Louise

 © S.H.A.O.

Gérard LOUISE (1952 – 2001)

 

Né le 3 décembre 1952 à Paris de parents originaires de La Coulonche et La Sauvagère, Gérard Louise devient Flérien en 1955, son père étant employé dans une menuiserie de la place Saint-Jean, sa mère, ouvrière chez Philips. Scolarisé à l'école maternelle Sévigné, à l'école primaire Paul-Bert, au groupe d'observation des Hauts-Vents, au C.E.S Sévigné et, en 1967, au lycée nationalisé de Flers, il obtient son baccalauréat, série A1, en 1970. Étudiant en histoire à l'université de Caen, il est reçu en 1974 au concours du CAPES d'histoire-géographie tout en soutenant concomitamment, sous la direction de Lucien Musset, un mémoire de maîtrise sur La dîme dans l'Ouest ornais du IXe au XVe siècle. Après une année de service militaire au Bourget et à Taverny, il est nommé en 1975 dans un collège de Liévin (Pas-de-Calais).

En 1980, il est reçu à l'agrégation avec un excellent rang. Professeur au lycée du Pays de Retz à Pornic, puis au lycée sud du Mans et enfin dans un lycée de Nantes, il rédige, sous la direction d'André Debord, une thèse de doctorat d'État sur La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècle) qu'il soutient à Caen en 1988. Cela lui permet d'accéder en 1991 à un poste de maître de conférence puis de professeur à l'université Michel de Montaigne Bordeaux III. En 1999, il rejoint l'université de Nantes. Entre-temps, en septembre 1996, il a été élu président du Pays Bas-Normand. Médiéviste spécialiste de l'espace normand et manceau, reconnu au plan national grâce à sa participation active aux colloques internationaux, Gérard Louise, marié, père de deux fils, atteint « par une courte et implacable maladie », est décédé à l'hôpital de Vertou (Loire-Atlantique) le 10 juillet 2001.

    • Gérard Bourdin, « À Gérard Louise », Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orne, t. CXXI, n° 1-2, Alençon, 2002, p. 113-117,

    • Jean-Philippe Cormier, « In memoriam : Gérard Louise », Le Domfrontais médiéval, n° 16, Domfront, 2001, p. 2-4.