Guy MOLLET (1905-1975), homme politique

 

 

 

 

Alcide Guy Mollet est né officiellement le 31 décembre 1905 à Flers. En réalité, il naît le 2 janvier 1906, mais l’officier d’état-civil propose à Pierre Mollet de déclarer la naissance de son fils au 31 décembre 1905. Il gagnera ainsi un an pour le service militaire et surtout pourra travailler plus tôt.

La famille Mollet, très modeste - le père est tisserand, la mère concierge à la Caisse d’Épargne - accepte volontiers cet arrangement.

Guy a les yeux très fragiles, et pour ménager sa vue, sa mère lui lit ses leçons dans leur petit logement aménagé dans les caves de la Caisse d’Épargne. En 1917, élève de Joseph Morin à l'école Paul Bert, il est reçu premier au concours départemental des bourses et entre en sixième au collège de Flers.

Son statut d’élève boursier lui attire les brimades de ses congénères qui n’hésitent pas à se moquer de ses origines ouvrières. Ces premières vexations lui font percevoir très jeune clivages et inégalités sociales et influenceront sa personnalité et ses engagements politiques. A dix-huit ans, jeune bachelier, il adhère à la SFIO en 1923.

Il devient pupille de la Nation car son père, rentré de la Grande Guerre les poumons brûlés par les gaz, est déclaré mutilé à 100 % et meurt vers 1920.

Professeur d’anglais au Havre, puis à Arras, il s’engage dans le syndicalisme et devient secrétaire-adjoint des Jeunesses Socialistes en 1924.

Mobilisé en 1939, fait prisonnier en mai 1940, il s'évade en juin 1941 et entre en résistance au sein de l’Organisation Civile et Militaire (OCM) où il assure des fonctions de renseignement sous le pseudonyme de Laboule.

Son réseau décimé en décembre 1943, Guy Mollet retourne à Flers avec sa famille, s’engage dans les FFI et revient à Arras en 1945.

Au sortir de la guerre, il se lance dans la politique. En mai 1945, il est élu maire d’Arras (il le restera jusqu'en 1975). Un an plus tard il devient secrétaire général de la SFIO.

Député en octobre 1945, il est nommé ministre d’État dans les gouvernements de Léon Blum (1946-47) et de René Pleven (1950-51) puis vice-président du Conseil en 1951 et Président du Conseil du 1er février 1956 au 21 mai 1957. En mai 1958, dans un esprit "d'union nationale", Guy Mollet vote les pleins pouvoirs au général de Gaulle. Il participe à l’élaboration de la Constitution de la 5ème République.

Il quitte le gouvernement en janvier 1959 et retourne dans l'opposition. En 1969, ne se reconnaissant pas dans le nouveau parti socialiste, il abandonne le secrétariat national de la SFIO.

Il meurt à Paris le 3 octobre 1975.

A.G.

(source principale : site de la ville d'Arras)